Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

 

Partenaires officiels

odalys partenaire officiel

 


Yannick Agnel, nouvelle star des bassins

 

Renversant ! A 18 ans, Yannick Agnel débarque pour de bon dans le monde de la natation senior après avoir éclaboussé les juniors de tout son talent et, en cette saison 2010, déjà amélioré deux record de France sur 200m et 400m. Dans la foulée des cinq médailles d’or remportées lors des championnats d’Europe de sa catégorie d’âge, mi-juillet à Helsinki, en réalisant au passage un fameux triplé 100m-200m-400m nage libre, le nageur niçois quitte définitivement cet univers pour entamer une carrière pleine chez les «grands» qui pourrait décoller dès les championnats d’Europe de Budapest du 4 au 15 août.

« Ma dernière compétition juniors à Helsinki s’est inscrite dans le cadre d’une préparation intense pour les championnats d’Europe », raconte Yannick. « J’ai couru une dernière fois avec des gens que j’apprécie énormément. Nous nous sommes éclatés en relais, même sur celui où nous avons échoué (argent sur le 200m 4 nages) , nous étions une équipe vraiment soudée, et j’aimerais beaucoup que l’on puisse se retrouver bientôt tous ensemble à l’étage du dessus ! ».

Au milieu de ses cinq médailles d’or, la plus significative est sans doute celle du 400m, puisqu’elle s’est agrémentée d’un nouveau record de France subtilisé à Nicolas Rostoucher en 3:46.26, et que c’est sur cette distance qu’il est qualifié individuellement pour l’Euro de Budapest.

Son sommet en 2010 : le bac avec mention bien !

Auteur d’un premier record de France du 200m en 1:46.35 le 17 avril à St-Raphaël lors des championnats nationaux, d’un second en 1:46.30 le 27 juin à l’Open EDF de Paris, devant Michael Phelps, puis d’une razzia aux Euro juniors… quel est pour Yannick Agnel le plus beau moment de cette première partie de la saison 2010 ? « Avoir réussi mon bac ! Je suis content, j’ai eu mention bien, j’ai désormais un poids en moins sur les épaules. Et je ne compte pas arrêter mes études. Je m’inscris dans une école de commerce à Sophia-Antipolis. Je garderai ainsi cet indispensable équilibre entre le sport et les études. Il est important pour moi de pouvoir sortir la tête de l’eau ! ».

Et dans l’eau, Yannick Agnel a toujours été en maillot de bain. Il contestait vivement les combinaisons « tout polyuréthane » à l’ère de leur prédominance et refusait de les porter. « Je n’en ai jamais essayé. Je trouvais ça ridicule pour des jeunes de 16-17 ans, parce que nous avions encore une grande marge de progression. Alors, c’est sûr, en début de saison 2010, je suis parti avec un petit avantage psychologique sur les nageurs qui les avaient portées jusqu’à leur interdiction. Mais il a vite disparu ». Toujours est-il que l’élève de Fabrice Pellerin a été le premier à améliorer un record de France « en short », en avril dernier.

Le rêve Olympique

« Tout a été très vite cette saison » explique-t-il. Ainsi, c’est dans la foulée immédiate des dernières épreuves de son bac « S », et dans l’attente des résultats, que Yannick se présente à l’Open EDF de Paris à la fin du mois dernier pour frapper un grand coup sur 200m. « Je ne m’étais pas beaucoup entraîné ! J’étais frais, à l’inverse de Michael Phelps ou d’Alain Bernard qui étaient dans des périodes de préparation lourde. Je n’accorde donc pas beaucoup de signification à ce succès ». Le 200m, « c’est ce que je maîtrise le mieux pour le moment ».
Malheureusement, faute d’avoir nagé assez vite en série des championnats de France, il n’est pas qualifié pour cette distance aux championnats d’Europe. « Mais j’apprécie de plus en plus le 400m. Ma victoire et mon record à Helsinki m’ont donné une autre dimension. J’aimerais bien réussir sur cette épreuve à Budapest puisque ce sera la seule sur laquelle je serai aligné en individuel. J’espère aussi que nous brillerons en relais, que nous formerons des équipes soudées ! ».

En attendant, Yannick Agnel s’entraîne, encore et toujours. Il sait tout ce qu’il lui reste à améliorer («le départ, la coulée, la reprise de nage, le virage, bref, plein d’aspects techniques, sans oublier la musculation »), et s’étonne : « On se demande parfois comment nous faisons pour aller nager trois fois par jour, toute l’année. On doit nous prendre pour des fous. Mais l’eau est mon élément, et quand je n’y suis pas, cela me manque. J’en ai besoin. Cela dit, hors de l’eau, je ne parle jamais natation. Je passe à autre chose !».

Installé dans une forme d’équilibre, entre la natation à très haut niveau et les études, Yannick Agnel a un rêve. « Devenir champion Olympique ! Ce serait terrible ! C’est mon rêve, mais ce n’est pas le seul. Je n’y pense quand même pas tous les jours. Je veux faire les choses étape par étape ». En commençant par Budapest ?



Retrouvez les sites officiels des Jeux à venir...




Jeux Olympiques de la XXXIe Olympiade
Rio de Janeiro (Brésil)
5-21 août 2016

 

 

Accéder au contenu du site | Accéder aux principales rubriques du site | Accéder à la recherche | Accéder au début de la page