Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

Ancien site, retrouvez le nouveau : cnosf.franceolympique.com


 

Los Angeles 1984

 

La fiche

Jeux de la XXIIIe Olympiade

Date d'ouverture : 28 juillet 1984
Date de clôture : 12 août 1984
Pays de la ville hôte : USA
Villes candidates : seule ville candidate

Participation :
140 CNO (Nations)
6 797 athlètes (1 567 femmes, 5 230 hommes)
221 épreuves
28 742 volontaires
9 190 médias (4 327 presse écrite, 4 863 diffuseurs)



Ouverture officielle des Jeux : Ronald Reagan (Président des Etats-Unis d'Amérique)
Allumage de la vasque olympique : Rafer Johnson (décathlonien)
Serment olympique : Edwin Moses (athlétisme)
Serment officiel : Sharon Weber (gymnastique)



Sports au programme :
Natation - Tir à l'arc - Athlétisme - Baseball - Basketball - Boxe - Canoë / Kayak - Cyclisme - Sports équestres - Football - Escrime - Gymnastique - Handball - Hockey - Judo - Pentathlon moderne - Aviron - Voile - Tir - Tennis - Volleyball - Haltérophilie - Lutte

Haut de page 

Contexte

L’entrée dans une nouvelle ère

Réponse au boycott de Moscou, 17 pays, dont l’U.R.S.S. (qui argue de problèmes de sécurité de ses athlètes), la Bulgarie, la R.D.A., la Tchécoslovaquie, la Pologne, la Hongrie, Cuba ou l’Ethiopie, boycottent ces Jeux américains. Cette défection n’empêche pas 140 CNO de participer aux Jeux, un record. Parmi ceux-ci, la Roumanie, qui mène une politique étrangère de plus en plus autonome vis-à-vis de Moscou, et la Chine Populaire, qui retrouve les Jeux olympiques après 28 ans d’absence. Fait inédit, ses représentants côtoient sur le stade les athlètes de Taïwan.


L’organisation de ces Jeux est par ailleurs grandement confiée au secteur privé, dans des proportions jusqu’alors inédites et qui tranchent forcément avec la précédente édition moscovite. Les montants de droits de télévision et des recettes publicitaires ont fait un bond en avant et la règle de l’amateurisme a fait son temps. Ces Jeux marquent par ailleurs l'apparition du premier programme TOP de partenariat olympique.

Haut de page 

Les Jeux

Pour son retour, la Chine populaire s’offre la première médaille d’or de ces Jeux de la XXIIIe olympiade : Zu Xu Haifeng vise juste au tir au pistolet rapide, et donne par la même occasion le premier titre olympique à son pays. De plus en plus de disciplines s’ouvrent aux femmes et Joan Benoit remporte le premier marathon olympique féminin tandis que Connie Carpenter-Phinney la première course sur route en cyclisme féminin.
Sebastian Coe devient le premier athlète à réaliser le doublé dans l’épreuve du 1 500m masculin et Neroli Fairhall (tir à l’arc fauteuil roulant) la première athlète paraplégique à participer à une épreuve olympique sanctionnée par une médaille. Pertti Karpinnen remporte l’épreuve du skiff en aviron pour la troisième fois consécutive.
Absents à Moscou, les Américains se rattrapent, le "Star Spangled Banner" retentit à 83 reprises. En athlétisme Edwin Moses se couvre de gloire en redevenant champion olympique du 400 m haies, huit ans après Montréal, tandis qu’Evelyn Ashford remporte le 100m. Dans la piscine olympique, ils font une razzia, concédant toutefois à Michael Gross (R.F.A.) le 200 m. Une autre allemande s’illustre : Ulrike Meyfahrt (R.F.A.) qui réédite son exploit de Munich en remportant à nouveau le saut en hauteur… douze ans après sa première consécration et, avec 2m02, dix centimètres de plus ! La Marocaine de 22 ans Nawal El Moutawakel remporte l’or sur 400 m haies féminin offrant ainsi au Maroc et à l’Afrique la première médaille d’or féminine. Son exemple est immédiatement suivi par sa compatriote Saïd Aouita sur 5.000m.
La gymnaste roumaine Ecaterina Szabo succède dignement à Nadia Comaneci en remportant la poutre, le saut de cheval, les exercices au sol et le concours par équipes. Ce fut toutefois Mary Lou Retton qui fit vibrer les Américains. Dernière élève de Bela Karoly, le mentor de Nadia Comaneci, elle est la première Américaine à gagner le concours général.
Mais les Américains exultent, quatre fois, pour le même homme : Carl Lewis.

Haut de page 

Le fait : l'avènement d'un roi


Photo CIO

Né en 1961, le croyant, propre sur lui et sculptural Carl Lewis vient d’Alabama, comme un certain Jesse Owens. Il participe en 1984 à ses premiers Jeux, à l’âge de 23 ans, comme un certain Jesse Owens. Il y remporte quatre médailles, en longueur (8,54 m)., au 100m (9 sec 99), 200m (19 sec 80) et 4x100m (37 sec 83, record du monde) … comme un certain Jesse Owens.

La longueur emportée avec seulement deux sauts, une domination incontestable en vitesse, Carl Lewis symbolise l’Amérique conquérante, chrétienne et en phase avec l’ère médiatique. Carl Lewis deviendra d’ailleurs diplômé en communication et remportera au cours de sa carrière un total de huit médailles olympiques.

Haut de page 

L’équipe de France Olympique

Délégation : 240 participants (190 hommes, 50 femmes)
Porte-drapeau : Philippe Riboud (Escrime)
Bilan : 28 médailles – 5 en or, 7 en argent, 16 en bronze - dont deux féminines. La France termine 12ème Nation

Perchés sur l’Olympe

Mercredi 8 août 1984, 20h15. Dernier essai de Mike Tully à 5,80 m. Si l'Américain échoue, Quinon est champion olympique. La tension est trop forte, le Français tourne le dos au sautoir et regarde le public du Coliseum de Los Angeles. La réaction de celui-ci est éloquente : Tully a raté. Epuisé par un concours très exigeant nerveusement, il est passé sous la barre. A 22 ans, Quinon, en dépit d'une cuisse douloureuse, remporte la neuvième médaille d'or olympique de l'histoire de l'athlétisme français. C'est la victoire d'un homme mais aussi celle d'un "commando", celui dirigé depuis plusieurs années par Jean-Claude Perrin. Thierry Vigneron accompagne Quinon sur le podium pour y recevoir la médaille de bronze. Pour "Bill" Perrin, c'est la consécration. La perche s'est résumée à un duel franco-américain, mais l'ombre du Soviétique Sergueï Bubka, favori victime du boycott soviétique, a plané sur ce concours.

Fines L.A.mes

Comme à Moscou, les escrimeurs font un tabac. A l'épée : or pour le docteur Philippe Boisse, bronze pour Philippe Riboud, argent pour l'équipe. Au sabre : or pour Jean-François Lamour (la dernière médaille d'or individuelle en sabre était celle de Georges de la Falaise, en...1900), argent pour l'équipe. En fleuret enfin : bronze pour les équipes masculine et féminine. Avec un total de 7 médailles, les escrimeurs ramènent un quart du butin français des Jeux de Los Angeles.

Une première et des confirmations

Pour la France 1984, est une année foot. En juin, Michel Platini a conduit les siens à la victoire au Championnat d'Europe des nations. Sous la houlette de Henri Michel, la France gagne le tournoi olympique en battant le Brésil en finale 2 à 0, buts de François Brisson et Daniel Xuereb.

Le judo confirme avec Angelo Parisi (argent des lourds), Marc Alexandre et Michel Nowak, troisièmes en mi-légers et mi-moyens. Le canoë-kayak fait mieux, avec quatre médailles, une d'argent pour Bernard Brégeon - Patrick Lefoulon (K2 1000 m), trois de bronze pour Brégeon (K1 500 m), Didier Hoyer - Eric Renaud (C2 1000m), et François Barouh - Philippe Boccara - Pascal Boucherit - Didier Vavasseur (K4 1000m).
Les nageurs se réveillent avec Frédéric Delcourt, deuxième du 200 m dos, et Catherine Poirot troisième du 100m brasse. Les tireurs mettent dans le mille : victoire de Philippe Héberlé à la carabine à 10 m et médaille d'argent à la carabine couché 50 m pour Michel Bury. Pierre Coquelin de l'Isle, dernier tireur français couronné, a attendu soixante ans pour se trouver un successeur. En athlétisme, Joseph Mahmoud rit. II est vice-champion olympique du 3000 m steeple.

Bronzés, sous le soleil californien

Félicitations aux autres médaillés de bronze : le boxeur Christophe Tiozzo (super-welters), après une demi-finale au verdict discutable, le cycliste Fabrice Colas (kilomètre), le gymnaste Philippe Vatuone (sol), les "voileux" Thierry Péponnet - Luc Pillot (470) et l'équipe de pentathlon moderne (Joël Bouzou, Paul Four, Didier Boube).
Michèle Chardonnet pleure. D'abord classée troisième ex aequo du 100 m haies, elle est surprise de ne pas être appelée lors de la cérémonie protocolaire. Elle découvre alors qu'elle a été rétrogradée. Elle retrouvera sa médaille de bronze quelques semaines plus tard. Trop tard pour monter sur le podium olympique...

Haut de page 

Les médailles françaises

Haut de page 

 

 

Accéder au contenu du site | Accéder aux principales rubriques du site | Accéder à la recherche | Accéder au début de la page