Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

Ancien site, retrouvez le nouveau : cnosf.franceolympique.com


 

Mexico 1968

 

La fiche

Jeux de la XIXe Olympiade

Date d'ouverture : 12 octobre 1968
Date de clôture : 27 octobre 1968
Pays de la vile hôte : Mexique
Villes candidates : Détroit (USA),
Lyon (FRA) et Buenos Aires (ARG)

Participation :
112 CNO (Nations)
5 530 athlètes (780 femmes, 4 750 hommes)
172 épreuves

Ouverture officielle des Jeux : Gustavo Diaz Ordaz (Président des Etats-Unis du Mexique)
Allumage de la vasque olympique : Norma Enriqueta Basilio de Sotelo (athlétisme)
Serment olympique : Pablo Garrido (athlétisme)

Sports au programme :
Natation - Athlétisme - Basketball - Boxe - Canoë / Kayak - Cyclisme - Sports équestres - Football - Escrime - Gymnastique - Hockey - Pentathlon moderne - Pelote basque - Aviron - Voile - Tir - Tennis - Volleyball - Haltérophilie - Lutte

Haut de page 

Contexte

Get up, stand up

D’un point de vue mexicain, la préparation des Jeux olympiques est marquée par la répression dramatique, le 3 octobre, moins de dix jours avant la cérémonie d’ouverture, d’une révolte étudiante contre le régime de Gustavo Diaz Ordaz. Près de trois cents morts sont ramassés sur la place des Trois-Cultures. La crainte de perturbations lors des Jeux olympiques se matérialise par une mobilisation importante des forces armées, ce qui, au final s’avèrera inutile, les étudiants profitant de la fête olympique plus qu’ils ne la détournent. Ce ne sera pas le cas pour tout le monde…
Aux Etats-Unis, le combat pour les droits civiques des Noirs américains continue, malgré l’assassinat, le 4 avril 1968, du révérend Martin Luther King. A Mexico, les coureurs relaient ainsi le message de l’organisateur de la marche sur Washington de 1963… Pour être exacts, les athlètes noirs américains s’inscrivent dans une démarche plus radicalisée, celle des Blacks Panthers. Leur approche est très visuelle : tous portent un gros macaron marqué « Olympic project for human rights » (OPHR) également affiché par nombre d’athlètes blancs de la délégation américaine, solidarisés. Leur approche se veut respectueuse des Jeux olympiques : il ne s’agit pas de boycotter (ce qui était initialement prévu) ou de saboter l’évènement, mais de se servir de cette caisse de résonance pour réaffirmer leur opposition à l’injustice dont les Afro-américains sont à l’époque victimes aux USA. Le 9 octobre, à trois jours de la cérémonie d’ouverture, de nombreux athlètes noirs américains pénètrent le bâtiment où logent les représentants de l'Afrique subsaharienne et procèdent à des échanges et cadeaux vestimentaires : pour les jours à venir, les Noirs américains se promènent dans le Village olympique vêtus de tenues traditionnelles africaines.
Mais c’est une semaine après que la force de l’image sera exploitée à son apogée. Ce mercredi 16 octobre, Tommie Smith et John Carlos montent sur les première et troisième marches pour la cérémonie des médailles du 200 m. Tandis que la bannière étoilée monte dans le ciel de Mexico, Smith et Carlos, chaussures enlevées, chaussettes noires (symbole de la pauvreté des leurs compatriotes de couleur), inclinent la tête et brandissent un poing ganté de noir (représentant l’unité et la révolte du peuple noir des Etats-Unis). Ils portent également au cou un foulard pour Smith et un collier pour Carlos, en référence aux nombreux lynchages commis dans le Sud des Etats-Unis. En coulisse, ils ont préparé leur coup d’éclat avec la complicité de Peter Norman, l’Australien médaillé d’argent qui leur demande un macaron OPHR et leur suggère de partager leur unique paire de gant. Un lien indéfectible naitra entre ces trois hommes. En 2006, Peter Norman décède : Carlos et Smith se rendent en Australie et portent le cercueil de leur camarade de lutte resté dans l’oubli.
Pour revenir sur Mexico, le podium est hué par le public. Avery Brundage, président du CIO, demande l’exclusion des deux athlètes américains, considérant que les questions de politique intérieure d'un pays n'ont pas leur place au sein de l’évènement olympique. Smith et Carlos sont suspendus de l'équipe américaine, bannis du village olympique et exclus à vie des Jeux olympiques. Ils recevront également des menaces de mort contre eux et leur famille. Ecœuré, Lee Evans ne veut pas courir le 400 m. A la demande de Carlos, il prend le départ et gagne en 43’86… un record du monde qui vivra 20 ans. Sur le podium, Lee Evans, Ron Freeman et Larry James, tous trois Noirs américains, portent le béret noir des Blacks Panthers et n’hésitent pas non plus à lever le poing. Etonnamment, alors que Carlos et Smith furent vilipendés, aucune sanction ne fut réellement prise contre les sprinters du 400m. Il reste un relais à courir. Le trio américain remporte l’or et, accompagnés de Vince Matthews, ils rééditent leur manifestation
Smith et Carlos achevèrent leur carrière sportive dans le football américain. En 2005, une statue des deux coureurs sur le podium de Mexico fut érigée sur le campus de la San Jose State University dont ils étaient issus. Entrés dans l’histoire olympique, ils sont désormais des symboles de la lutte pour les droits civiques.

Haut de page 

Les Jeux

Les performances des athlètes américains sont exceptionnelles. Outre leurs héros noirs qui battent tous les records, les USA possèdent dans l'inusable AI Oerter une véritable légende qui gagne à Mexico sa quatrième médaille d'or au disque. Autre héros, rentré pour longtemps dans la postérité, l'inattendu Dick Fosbury qui, vainqueur de la hauteur, donnera son nom à la technique du saut dorsal. L’Américaine Wyomia Tyus devint la première à répéter une victoire dans le 100m. En natation, Deborah Meyer n’est pas en reste sur ses équipiers masculins de l’athlétisme, elle remporte trois médailles d’or en nage libre sur 200, 400 et 800 m.
Le continent africain fait une spectaculaire percée dans l’Olympisme. Les spécialistes du fond venus des hauts plateaux se régalent à Mexico et se répartissent les médailles : le Kenyan Kipchoge Keino gagne le 1500m, et relègue le recordman du monde, l'Américain Jim Ryun, à 3 secondes. Le Tunisien Mohammed Gammoudi enlève le 5000m devant deux Kenyans : Kip Keino à nouveau et Naftali Temu. Ce dernier remporte le 10 000m devant l'Ethiopien Mamo Wolde et Gammoudi. Et enfin Wolde se console en s'imposant sur le marathon. Amos Biwott donne au Kenya sa troisième médaille d'or, sur le 3 000 m steeple.
Triple médaillée d'or et médaillée d'argent aux Jeux de 1964 à Tokyo, la gymnase tchécoslovaque Vera Cáslavská part favorite pour les Jeux de 1968. Mais en avril, elle signe le "Manifeste des deux mille mots", qui condamne l'ingérence soviétique en Tchécoslovaquie. En août, deux mois avant les Jeux Olympiques, l’URSS envahit la Tchécoslovaquie. Menacée d’emprisonnement, Caslavska se cache durant trois semaines dans les montagnes. Elle en émerge pour gagner quatre médailles d’or et deux d’argent.
La sauteuse de haies Enriqueta Basilio devint la première femme à enflammer la vasque au cours de la cérémonie d’ouverture. A propos de femmes, les Jeux Olympiques de Mexico furent les premiers à prévoir des tests de féminité. On utilise alors le test de Barr qui s’est révélé plus tard, ne pas être très fiable : on prélève un peu de salive et on analyse celle-ci en laboratoire.
Les Jeux olympiques de 1968 enregistrent par ailleurs une première disqualification pour dopage, avec l’exclusion du pentathlète suédois Hans-Gunnar Liljenwall… pour taux d’alcoolémie supérieur à la limite autorisée.
Notons enfin que la RDA dépasse pour la première fois la RFA au tableau des médailles.

Haut de page 

Le fait

L’athlétisme aux sommets

Le choix de Mexico comme ville organisatrice des Jeux olympiques fut très controversé du fait de l’altitude élevée de la ville, 2 300m et un air qui contient 30% d’oxygène de moins qu’au niveau de la mer. Cette situation était pressentie comme préjudiciable pour les coureurs de fonds, et beaucoup craignaient même une recrudescence d’accidents cardiaques. Si les épreuves d’endurance ne fournirent pas de performances extraordinaires et furent surtout dominées par les spécialistes de l’altitude venus du Rif africain, l’altitude élevée amena des records du monde dans toutes les disciplines d’athlétisme masculin de moins de 400m, y compris les deux relais, les haies, le saut en longueur et le triple saut. Il faut dire que la piste synthétique, utilisée pour la première fois aux Jeux olympiques vient rajouter un élément de performance supplémentaire, sans parler des technologies qui évoluent, à l’exemple des chaussures à pointes dont s’équipent les sprinteurs américains.
Parmi ceux-là, John Smith, sprinteur surdoué qui prend le record du monde écrase le 200m en 19’83 après avoir coupé son effort à 20 mètres du but. Si son poing levé est désormais célèbre, peu de gens savent que Smith monta également sur le podium avec une boite contenant… ses chaussures à pointes dont le modèle n’avait pas encore été validé par la Fédération internationale (ce qui lui avait coûté la validation d’un record du monde, ainsi d’ailleurs qu’à d’autres coureurs tels Vincent Matthews sur 400m. Jim Hines, un ancien joueur de baseball remporte le 100m et fait passer le record du monde sous les 10s. (9"95) avant de battre celui du relais 4 x 100m avec Charles Greene, Melvin Pender et Ronnie Ray Smith en 38"2. Les Américaines Barbara Ferrell, Margaret Bailes, Mildrette Netter et Wyomia Tyus battent le record du monde en 42"8. Tyus fait par ailleurs le doublé en établissant un nouveau temps de référence sur 100m en 11s. tout juste. Autres tombeurs de records du monde : Irena Szewinska (Pologne, 200m,22"5), Lee Evans (USA, 400m, 43"86), Ralph Doubell (Australie, 800m, 1'44"3), David Hemery (Royaume-Uni, 400m haies, 48"1) et le relais 4x400m américain (Vincent Matthews, Ron Freeman, Larry James, Lee Evans en 2min.56’16), Margitta Gummel (RDA, 16,61m au lancer de poids féminin), Viktor Sanyeyev (URSS, 17,39m au triple saut), et Viorica Viscopoleanu (Roumanie, 6,82m au saut en longueur féminin).
Quant aux records olympiques, ils sont également renouvelés par Madeline Manning (USA, 2'00"9, 800m F), Kipchoge Keino (Kenya, 3'34"9, 1500m), Maureen Caird (Australie, 10"3, 80m haies F), Willie Davenport (USA, 13"3, 110m haies), Bill Toomey (USA, Décathlon, 8193), Janis Lusis (URSS, 90,10m au lancer de javelot), Gyula Zsivótzky (Hongrie, 73,36m au lancer de marteau), Lia Manoliu (Roumanie, 58.28 m au lancer de disque féminin), Al Oerter (USA, 64,78m au lancer de disque masculin), Randy Matson (USA, 20,54m au lancer de poids masculin), Dick Fosbury (USA, et son incroyable saut dorsal à la hauteur…2,24m) et Bob Seagren (USA, 5,40m au saut à la perche).
Mais la performance de Robert, dit Bob, Beamon en saut en longueur sort indéniablement du lot : plus 55 cm… il faudra attendre 1991 pour que Mike Powell (8,95m lors d'un concours d'anthologie face à Carl Lewis aux Mondiaux de Tokyo) vienne faire reculer Beamon dans la liste des détenteurs du record du monde de saut en longueur. Après avoir remporté 22 des 23 rencontres organisées au cours de la saison précédant les Jeux Olympiques de 1968, Beamon, dont la particularité était qu’il pouvait indifféremment prendre son impulsion des deux pieds, était le grand favori à Mexico.
Son entrée dans le tournoi ne fut pourtant pas sereine, puisqu’il frôla l’élimination dès les qualifications. Le 18 octobre, la finale du saut en longueur se préparait sous la menace d’un climat orageux. La soirée précédente, Beamon avait, de son propre aveu, noyé dans l’alcool des soucis personnels et ce contexte pesant d’injustice lié à l’exclusion de ses amis Carlos et Smith. Un vent à 2 m/s juste, une densité de l'air inférieure à la normale en raison de l'altitude (2 250m), tout était réuni pour l'exploit de l’étudiant de l'Université du Texas à EI Paso.
Son dossard n°254 fut le premier à s’élancer, à 15h45, sous les yeux inquiets des quinze autres finalistes. Le premier essai de Beamon, un envol en double ciseau au regroupement parfait, suspendit le temps pour les spectateurs du stade olympique. Beamon avait atterri au-delà des limites mesurables ! Sûrs d’une planche parfaite, et donc de l’exploit, les juges durent recourir à un mètre à bande métallique, avant d’annoncer le nouveau record du monde : 8,90 mètres… à comparer avec les 8,35 mètres du précédent record. Connaissant mal le système métrique, l’universitaire de Texas Del Paso, exclu des compétitions universitaires peu avant les Jeux pour avoir refusé de courir avec des partenaires blancs irrespectueux, dut attendre que Ralph Boston, son coéquipier, lui-même détenteur du record du monde depuis 1965, lui convertisse la distance en pieds (soit 29 pieds et 2,5 pouces) pour comprendre. Il venait de prendre sa revanche sur la vie et s’effondra sur la piste, emporté par une émotion incontrôlable et contagieuse. Il pouvait se mettre à pleuvoir.
La postérité de Beamon est désormais assurée par la langue anglaise, l’adjectif sportif beamonesque y désignant depuis un « exploit tellement supérieur aux précédents qu'il dépasse l'imagination ».

Haut de page 

L’équipe de France Olympique

Délégation : 172 participants (147 hommes, 25 femmes)
Porte-drapeau : Christine Caron (Natation)
Bilan : 15 médailles – 7 en or, 3 en argent, 5 en bronze - une féminine et une mixte. La France termine 6ème Nation

Colette, un sourire pour la France

La Marseillaise retentit. La Bordelaise pleure. Colette Besson ne peut contenir son trop-plein de bonheur en ce mercredi 16 octobre. Elle vient de remporter le 400 m, elle qui se présentait avec le 23e temps des engagées. A la sortie de l'ultime virage, Besson est cinquième, loin derrière la favorite, la Britannique Lilian Board. Mais dans cette dernière ligne droite, le clan français, incrédule, la voit, chevelure brune au vent, reprendre ses rivales une à une et ajuster Board à deux mètres de la ligne. Cette course de rêve et les larmes de bonheur de cette jeune fille de 22 ans lui vaudront à jamais une petite place dans le cœur des Français, sportifs ou non. En cet automne de 1968, la France, qui commente encore les « événements » du mois de mai, est de nouveau prête à vibrer aux exploits de ses représentants, huit mois après le triplé en or de Jean-Claude Killy aux J.O. de Grenoble.

Le cycle d’or

Jamais nos pistards ne se sont mieux portés. En cinq jours, quatre médailles d'or, sur cinq possibles !
Pierre Trentin remporte le kilomètre en 1 min. 3 sec. 91.
A 19 ans, Daniel Rebillard créé l’exploit en poursuite en s’imposant face au champion danois Frey pour 72 cm seulement… il n'était que remplaçant au début des Jeux.
Deux manches sèches suffisent à Daniel Morelon à remporter le titre en vitesse face à l’Italien Turrini. Pierre Trentin prend le bronze.
Enfin, en tandem, ces mêmes Trentin et Morelon s’imposent à nouveau.
L’une des plus glorieuses pages du cyclisme sur piste français vient de s’écrire, en attendant la génération Florian Rousseau dans l’encadrement de laquelle se retrouvait… Trentin et Morelon !

Sous le soleil de Mexico…

Lundi 21 octobre, les fleurettistes, Jean-Claude Magnan, Daniel Revenu et Christian Noël, se couvrent d'or par équipe. Ce même jour, l'adjudant-chef Jean-Jacques Guyon, sur "Pitou", remporte le concours complet. L’équitation est en forme puisque Pierre Jonquères d'Oriola remporte sa dernière médaille, d'argent, en jumping par équipe.
En argent également, mais doublement, Daniel Robin, l’homme au grand cœur deuxième des welters en libre, et en gréco-romaine.
Quelques "bronzés" ont également fière allure. Alain Mosconi, troisième du 400 m, distance dont il détenait le record du monde quinze mois plus tôt, mais également Daniel Revenu au fleuret individuel, ou encore nos relayeurs du 4x 100 m, Gérard Fenouil, Jocelyn Delecour, Claude Piquemal et Roger Bambuck. Ce dernier, cinquième du 100 m (gagné par Jim Hines en 10 secondes juste) en 10 sec 1/10 et du 200 m en 20 sec 5 (pourtant handicapé par une angine, il est le seul à participer aux deux finales), deviendra par la suite le futur ministre des Sports.

Haut de page 

Les médailles françaises

Haut de page 

 

 

Accéder au contenu du site | Accéder aux principales rubriques du site | Accéder à la recherche | Accéder au début de la page