Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

Ancien site, retrouvez le nouveau : cnosf.franceolympique.com


 

Lancement de l'étude d'opportunité sur une candidature olympique

 

Une consultation large pour une ambition olympique


L’ambition olympique, l’ambition d’accueillir un jour à nouveau en France le plus grand évènement sportif au monde… cette ambition, le mouvement sportif français en vibre, mais elle ne suffit pas. Elle doit en effet s’accompagner d’un enthousiasme fédérateur et d’une stratégie autour d’un projet novateur.

C’est en ce sens que le Comité français du sport international a entamé une démarche en deux étapes devant conduire à la décision de déposer, ou non, une candidature à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques.

La première étape a débuté officiellement lundi 26 mai 2014 avec le lancement de l’étude d’opportunité d’une candidature olympique pour la France. Elle aboutira à la fin de l’année 2014 à une première décision intermédiaire.

4 thèmes, 12 ateliers, 200 participants...

De fait, une telle décision passe nécessairement par l’identification des motivations à vouloir accueillir le plus grand événement sportif mondial et de l’héritage que celui-ci pourrait laisser à la ville hôte, aux territoires, à la Nation et au Mouvement olympique. Pour cela, 12 ateliers répartis en 4 grandes thématiques ont été réunis qui regroupent près de 200 personnalités du monde sportif, certes, mais aussi de la société civile.


Tony Estanguet, Stéphane Diagana, Jean-Luc Rougé et Jean-Philippe Gatien

Au sein de ces groupes de travail, les athlètes occuperont une place centrale. Ils seront en responsabilité, dès la phase de réflexion. « Ce sont eux qui font les Jeux, ils seront donc au cœur de notre dispositif », ainsi que l’a rappelé Bernard Lapasset, président du CFSI. Présents dans tous les ateliers, les athlètes en co-animeront la plupart.

Au-delà des athlètes, de nombreuses personnalités issues d’univers différents (mouvement sportif, monde économique, société civile, partenaires institutionnels ou médias) participent donc également à ces travaux - Voir leurs déclarations dans le 3ème onglet de l'article. De fait, les Jeux Olympiques peuvent apporter une réponse aux différents enjeux économiques, territoriaux ou sociétaux auxquels la France doit faire face.


Denis Masseglia et Emmanuelle Assmann

Les différents ateliers devront donc faire des propositions pour qu’un éventuel projet olympique et paralympique impacte durablement la France et contribue au développement du mouvement olympique international. Il s'agira de déterminer les pistes pour faire naître un projet fédérateur de la Nation, « être un catalyseur de changement, un accélérateur de développement, une occasion de placer la jeunesse au cœur des préoccupations et de renforcer la cohésion sociale ».

Un volet numérique

Ainsi que l'a précisé Bernard Lapasset, président du CFSI : « Il était très difficile de fixer la liste des participants de nos ateliers car nous ne pouvions pas intégrer toutes les personnes qui auraient pu nourrir la réflexion ». De fait, les personnes désireuses d'apporter leur contribution à la réflexion engagée seront invitées, à compter de la mi-juin, à apporter leurs idées à partir du formulaire mis en ligne sur le site Internet du CNOSF et des partenaires qui relaieront la consultation.

Méthode : une consultation intégrée dans une étude plus large

Les propositions qui émergeront de cette consultation constitueront la première partie de l’étude d’opportunité sur une candidature olympique. Celle-ci sera complétée par une analyse sur la faisabilité du projet et une autre sur le contexte dans lequel il s’inscrirait.

La partie sur la faisabilité précisera notamment les différentes options concernant les réserves foncières exploitables, les modes de financement, tandis que celle sur le contexte s’intéressera à la concurrence potentielle et à la géopolitique du mouvement olympique international.


Tony Estanguet et Najat Vallaud-Belkacem

L'ensemble de cette étude sera remise à la fin de l’année au mouvement sportif, à l’État et aux collectivités qui prendront alors une première décision intermédiaire, celle de poursuivre ou d’arrêter la démarche.
Si le choix est fait de poursuivre, 2015 marquera une seconde étape, autour de l’adhésion de tous et de la mobilisation des financements nécessaires, mais également de la nécessaire formalisation du projet et sur sa gouvernance.

Désormais donc, le mouvement est lancé pour poser les fondations solides d’une éventuelle candidature qui aurait le maximum de chances de succès et qui mobiliserait le pays tout entier.

Haut de page 

Thèmes et ateliers de travail



Retrouvez l'ensemble des 12 ateliers réunis autour des 4 thématiques retenues ainsi que l'ensemble des participants ayant accepté de participer à la consultation...

Thème 1 : Expérience olympique et paralympique
Découvrez les participants des groupes thématiques du thème

Atelier 1 : « Expérience des athlètes et de la famille olympique » Animateurs : Marie-José Pérec / Joël Bouzou

Atelier 2 : « Expérience du public » Animateurs : Amélie Mauresmo / Simon Baldeyrou

Atelier 3 : « Expérience des partenaires et des médias »Animateurs : Jean-Christophe Rolland / François Pesenti


Thème 2 : Héritage sportif
Découvrez les participants des groupes thématiques du thème

Atelier 4 : « Sport pour tous » Animateurs : Françoise Sauvageot / Stéphane Diagana

Atelier 5 : « Sport de haut niveau »Animateurs : Jean-Philippe Gatien / Jean-Luc Rouge

Atelier 6 : « Intégrité et valeurs du sport » Animateurs : Claude-Louis Gallien / Christophe Blanchard-Dignac


Thème 3 : Héritage sociétal
Découvrez les participants des groupes thématiques du thème

Atelier 7 : « Jeunesse » Animateurs : Martin Fourcade / Mikaël Garnier-Lavalley

Atelier 8 : « Cohésion sociale et engagement citoyen » Animateurs : Laura Flessel / François Chérèque

Atelier 9 : « Handicap » Animateurs : Emmanuelle Assmann / Jean-Baptiste Richardier


Thème 4 : Héritage économique et territorial
Découvrez les participants des groupes thématiques du thème

Atelier 10 : « Développement économique » Animateurs : Edgar Grospiron / Geoffroy Roux de Bezieux

Atelier 11 : « Développement territorial » Animateurs : Jean-Pierre Siutat / Commissaire général à l’égalité des territoires (en attente de nomination)

Atelier 12 : « Développement durable »Animateurs : Catherine Chabaud / Bernard Amsalem

Haut de page 

Déclarations


Bernard Lapasset, président du Comité français du sport international et de l’International Rugby Board
« Avoir une ambition ne suffit pas. Elle doit s’accompagner d’une stratégie. Nous devons créer des maintenant les conditions de la réussite. Ce sont les athlètes qui font les Jeux, ils seront au cœur du dispositif. Notre calendrier a été défini par rapport à celui du CIO pour les candidatures 2024 sans toutefois fermer la porte à d’autres échéances. De même, notre réflexion est centrée sur une éventuelle candidature de Paris Ile de France. Ce territoire est aujourd’hui le seul à remplir les conditions pour accueillir un tel événement. Pour autant, un projet olympique ne concernerait pas uniquement Paris et l’Ile de France. »

Najat Vallaud-Belkacem, ministre chargée des Sports
« On a l'impression d'être déjà aux Jeux. Bien sûr que l'on a en envie et cette méthode est idéale. Cela va permettre de poser les sujets les uns après les autres Même si l'on ne part pas sur une candidature, cette méthode aura été bénéfique. Elle aura permis de créer du dialogue, de partager. »

Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français
« Il nous faut imaginer une démarche dont le sérieux, la cohérence, le réalisme ne saurait être mis en cause. Les propositions concerneront essentiellement les services que nous pourrions proposer dans le cadre des Jeux aux grandes familles de public qui peuvent être concernés par les Jeux : les athlètes et tous les membres de la famille olympique et paralympique comme les fédérations internationales, les comités olympiques et les membres du CIO, mais également les supporters, les partenaires ou les médias. »

Emmanuelle Assmann, présidente du Comité paralympique français
« Les Jeux peuvent laisser un héritage sociétal au-delà du sport ou des infrastructures. Pour Paris qui possède déjà un certain nombre d’infrastructures, placer l’héritage sociétal au cœur du projet est fondamental. Les évènements sportifs peuvent être un formidable outil de cohésion sociale et de promotion du « vivre ensemble ». Nous souhaitons faire des propositions pour que ce projet soit notamment l’occasion de changer le regard que les gens portent sur les personnes en situation de handicap, de montrer qu’elles sont capables d’exploits extraordinaires, mais également d’avancer sur l’accessibilité des infrastructures pour changer la vie de nombreuses personnes en situation de handicap. »

Tony Estanguet, triple champion olympique de canoé-kayak
« C'est un vrai plaisir de voir tous ces athlètes impliqués dans ce dossier. Ils sont légitimes. En tant que membre de la commission des athlètes du CIO je vois à quel point il est important pour le CIO de placer les athlètes au cœur de ses réflexions et de les voir prendre des responsabilités. Ceux qui vont participer aux travaux représentent une trentaine de titres olympiques et plus d’une soixantaine de médailles olympiques au total. Ils connaissent parfaitement les Jeux et vont beaucoup apporter à cette démarche. »

Simon Baldeyrou, président-directeur général de Deezer
« Il est nécessaire de constamment s’interroger pour optimiser l’expérience unique que doivent vivre les supporters et les spectateurs à cette occasion. Nous ferons des propositions pour développer la dimension participative des Jeux, leur dimension connectée et faire évoluer le concept d’olympiade culturelle. Tout l’enjeu sera de faire en sorte que l’expérience olympique soit la plus exceptionnelle possible. »

Marie-José Pérec, triple championne olympique d'athlétisme
« Nous, les athlètes, mènerons cette étude avec toute notre sincérité. Nous ferons donc des propositions pour offrir les meilleures conditions possibles de performance mais également pour permettre aux athlètes de mieux profiter, avec leur entourage, d’éventuel Jeux à Paris. Nous avons dans les groupes des médaillés olympiques qui connaissent très bien les Jeux et qui auront certainement beaucoup d’idées pour améliorer « l’expérience olympique. »

Joël Bouzou, président de l’association mondiale des olympiens et vice-Président de la Fédération Internationale de Pentathlon Moderne
« Les Jeux sont un événement indispensable pour la plupart des fédérations internationales olympiques qui vivent grâce aux Jeux. Mais les Jeux pourraient aller plus loin dans ce qui est proposé aux fédérations pour faire la promotion de leur sport, notamment en dehors des épreuves sportives. »

Jean-Christophe Rolland, champion olympique d’aviron, président de la Fédération Internationale d’aviron
« Il est important d’améliorer les conditions offertes aux partenaires pour leur permettre de mieux s’appuyer sur les Jeux afin de promouvoir leur marque et leurs actions. C’est essentiel de s’intéresser à leurs besoins si nous voulons développer leur adhésion et faciliter leur engagement financier. Nous aurons la même réflexion pour les médias qui ont un rôle clé dans la promotion de l’événement. »

Stéphane Diagana, champion du monde d'athlétisme
« Cette étude d'opportunité est déjà une opportunité en soi, pour croiser les réflexions, faire un vrai travail de fond. Il y a aujourd’hui un enjeu de société de mettre davantage de personnes au sport, dont l’impact, sur la santé notamment, est essentiel. Nous allons voir comment profiter de la plateforme offerte par les Jeux pour développer la pratique qu’elle soit en club, dans l’environnement scolaire ou universitaire, ou en entreprise par exemple. Nous devons également nous interroger pour optimiser les investissements qui seraient faits dans le cadre des Jeux pour qu’ils contribuent à développer le sport pour tous. »

Jean-Philippe Gatien, vice-champion olympique de tennis de table, champion du monde
« L’attribution de l’organisation des Jeux 7 ans avant l’événement permet de fédérer toutes les énergies et des moyens importants autour d’un objectif de performance. Cela crée une dynamique forte qui est renforcée par l’ambition de vouloir briller pour « ses Jeux », à la maison. Les Britanniques sont passés de la 10ème place mondiale aux Jeux d’Athènes à la 4ème à Pékin pour finir pour la première fois à la 3ème place derrière les Etats-Unis et la Chine, c’est exceptionnel. »

Catherine Chabaud, navigatrice, conseillère au Conseil économique social et environnemental
« Nous voulons saisir l’opportunité qu’un projet olympique pourrait représenter pour agir sur l’excellence environnementale et la responsabilité sociétale des entreprises et pas uniquement dans le domaine des évènements sportifs. Un projet olympique peut être l’occasion de mieux éduquer la population et les entreprises à ces problématiques de développement durable. Je crois que l'on peut ambitionner d'organiser les premiers Jeux de la transition écologique »

Edgar Grospiron , champion olympique de ski de bosses
« Par expérience, je sais qu'une candidature est un long chemin parsemé d'embûches et moi j'aime ça. »





Geoffroy Roux de Bezieux, vice-président du Medef
« Ce projet est un formidable catalyseur. C'est un booster pour la marque France. Dans le contexte actuel, les Jeux pourraient être une opportunité de développement à travers l’activité économique qu’ils pourraient générer, mais également leur impact sur l’attractivité de la France. Les Britanniques ont très bien su saisir l’opportunité des Jeux pour promouvoir leur savoir-faire partout dans le monde, attirer de nouveaux investisseurs et de nouveaux touristes. Nous ferons donc des propositions pour exploiter au mieux l’opportunité qu’un éventuel projet olympique offrir. »

Jean-Paul Huchon, président de la région Ile de France
« En matière de transport, à l'heure ou les Jeux pourraient avoir lieu, nous serons prêts »






Jean-Luc Rougé, vice-président délégué Sport et haut-niveau du CNOSF, président de la Fédération française de judo
« Nous avons des valeurs, un savoir faire en France. Il faut qu'on le fasse savoir et que l'on donne confiance à la France »



François Chérèque, président de l’Agence du Service civique
« Je suis ravi de voir Cohésion sociale et engagement citoyen associés sur un atelier. Je le vois au niveau du service civique, les jeunes Français veulent s'engager et, pour eux, une candidature peut servir au-delà des Jeux »


Laura Flessel-Colovic, double championne olympique d'escrime, sextuple championne du monde
« Nous ferons des propositions pour qu’un projet puisse être une véritable opportunité au service du développement de l’engagement volontaire. Les Jeux pourraient nous servir à relancer le bénévolat dans de nombreux domaines. Vous savez, 88% des Britanniques auraient aimé été volontaires aux Jeux. C’est ça aussi l’effet JO. »

Jean-Pierre Suitat, vice-président délégué du CNOSF, président de la Fédération française de basket-ball
« L’objectif est de faire des propositions pour exploiter au mieux l’effet accélérateur des Jeux dans le domaine du développement territorial. Il faut identifier les besoins de nos territoires en transport, en logement, en infrastructures sportives, hôtelières, mais également les infrastructures nécessaires dans le cadre de l’organisation de grands congrès internationaux et voir comment les Jeux pourraient contribuer à répondre à ces besoins. »

Haut de page 


Retrouvez les publications officielles du CIO


Rapports officiels des Jeux Olympiques, Charte olympique, rapports marketing du CIO, Revue olympiques...


Zoom

Echanges sportifs franco-allemands, une passion au-delà des frontières

Lire

 

 

Accéder au contenu du site | Accéder aux principales rubriques du site | Accéder à la recherche | Accéder au début de la page