Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

Ancien site, retrouvez le nouveau : cnosf.franceolympique.com


 

La Fondation FDJ crée le "Challenge Solidaire"

 


Les challengers solidaires et les associations sélectionnées



Christophe Blanchard-Dignac

« Partenaire du sport français »… c’est en substance le titre - légitimement - revendiqué pour la Française des Jeux (FDJ) par Christophe Blanchard-Dignac, son président-directeur-général, lors de son intervention le 20 mars 2013, en ouverture de la cérémonie de célébration du 20ème anniversaire de la Fondation FDJ. « Nous contribuons, par le biais de nos activités, au sport pour tous depuis 34 ans, sommes mécène du sport depuis 22 ans et collaborons avec le Comité national olympique et sportif français depuis 14 ans. La FDJ est un partenaire inscrit dans la durée et fidèle, fier de partager les valeurs du monde sportif ». Pour Christophe Blanchard-Dignac, « le sport est une formidable école de vie et un formidable terrain d’expression pour la Fondation », créée en 1993 et extrêmement investie auprès des sportifs français. Depuis sa création, la Fondation FDJ a soutenu 550 projets.

En effet, chaque mois depuis sa création en 1991, le Challenge de la Fondation FDJ soutient des athlètes tricolores en devenir. En 22 ans d’existence, ce sont plus de 350 athlètes, valides et handisports qui ont été soutenus et accompagnés par le Challenge. Au total, cela représente pas moins de 121 médailles aux Jeux Olympiques et Paralympiques et 160 titres de champions du monde. Au fil des années, ce sont de prestigieux noms qui sont venus garnir le palmarès du Challenge : Sébastien Flute, Laura Flessel, Tony Estanguet, Sandrine Bailly, Jason Lamy Chappuis, Arnaud Assoumani ou encore Thomas Bouhail…


Stéphane Diagana

Le principe du Challenge est simple : chaque lauréat se voit attribuer une bourse de 15 000 euros ainsi qu’une formation d’aide à la gestion de carrière (média training, aspects juridique…).

Pour Stéphane Diagana, tout premier "Challenger" du programme cette assistance signifie avant tout une « aide matérielle conséquente, mais, au-delà de l’aspect financier, c’est surtout une marque de confiance très importante en début de carrière ». Pour l’ancien athlète, le Challenge ce n’est pas simplement « avoir, mais c’est aussi savoir et être, avec un accompagnement primordial à la gestion d’une carrière sportive ».

Un discours auquel adhère pleinement Delphine Reau Racinet, médaillée de bronze en tir aux JO de Londres 2012 et bénéficiaire de la bourse il y a plus de 10 ans. Pour elle, « l’aide matérielle était évidemment très importante dans un sport comme le tir où les partenaires et subventions sont rares, mais surtout cela permet de s’éveiller à tout ce qui gravite autour du sport de haut niveau. »

En 2012, le Challenge a innové en ajoutant une dimension solidaire à son initiative, permettant aux "Challengers" médaillés olympiques et paralympiques de se voir attribuer une dotation supplémentaire de 5 000 euros à reverser à l’association caritative de leur choix. Parmi les 16 Challengers de la Fondation FDJ qui ont remporté une médaille aux Jeux de Londres, 5 médaillés olympiques et 2 paralympiques 2012 étaient présents lors de cette cérémonie ont donc officiellement remis leur contribution aux causes qui leur tenaient à cœur. Ophélie-Cyrielle Etienne, médaillée de bronze en natation avec le relais 4x200m, a par exemple apporté son soutien à « Chacun son Everest » : « J’ai été touchée par cette association qui permet à des enfants malades de réaliser leur projet sportif, leur Everest en quelque sorte… ».


Anne-Caroline Graffe et Mickaël Jérémiasz

Anne-Caroline Graffe, "Challenger" et vice-championne olympique de taekwondo à Londres, a elle choisi de remettre sa dotation à l’association « Comme les autres », dont l’un des fondateurs n’est autre que Mickaël Jérémiasz, médaillé de bronze en tennis fauteuil avec Stéphane Houdet aux Jeux Paralympiques de Londres. « Je voulais soutenir une association jeune et méconnue et y apporter mon aide, de la même manière que j’ai pu être aidée par la Fondation FDJ au début de ma carrière. Je voulais que cela ait du sens et qu’il y ait un véritable partenariat. Je vais d’ailleurs essayer d’être présente lors du prochain stage qu’ils sont en train d’organiser. Cela me tient vraiment à cœur de m’impliquer à leurs côtés. Quand je vois des personnes comme Mickaël (Jérémiasz) se mobiliser de la sorte cela donne envie de les suivre ».

Delphine Reau Racinet quant à elle, avait « entendu parler d’Ela par le biais d’un ami et avait tout de suite adhéré aux projets ». Avec, en outre, « une amie proche atteinte de sclérose en plaque, mon choix s’est naturellement porté sur cette association ».


Lucie Décosse, challenger solidaire

Pour Nathalie Benoit, médaillée d’argent skiff en handi-aviron, son expérience de vie a orienté sa décision : « Je voulais apporter ma contribution à une jeune association (Mars’APAS), créée par de jeunes étudiants issus de la même fac que moi. Mars’APAS qui permet à un large public de découvrir des activités physiques et sportives et à des personnes présentant une déficience motrice ou sensorielle d’avoir des pratiques sportives adaptées ».

Ce volet caritatif du dispositif, nommé « Challenge Solidaire », semble avoir trouvé un écho positif auprès des "Challengers". L’initiative sera d’ailleurs pérennisée et reconduite lors des prochaines Olympiades et ce, dès Sotchi 2014. Ce sont donc de nombreuses autres associations qui auront la chance de récupérer les dotations de futurs Olympiens médaillés.

La Fondation FDJ n’a pas fini de soutenir nos champions et leur grand cœur…

Plus d'information sur l'événement et le « Challenge Solidaire »

Charte ethique et de deontologie
Consultez et téléchargez la Charte d'éthique et de déontologie du sport français



 

 

Accéder au contenu du site | Accéder aux principales rubriques du site | Accéder à la recherche | Accéder au début de la page