Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

Ancien site, retrouvez le nouveau : cnosf.franceolympique.com


 

Douze siècles de Jeux Olympiques antiques

 

La période archaïque

En ~ 776, les Jeux Olympiques ne comportent qu’une épreuve, le stade, l’équivalent d’un 200 mètres plat. Le vainqueur en est Coroïbos. Les Jeux connurent bien des développements, mais pour comprendre pourquoi cette restauration réussit, il faut se souvenir que les Achéens, fuyant l’invasion dorienne, sont installés en Ionie. Par la suite, les Grecs vont essaimer tout autour du bassin méditerranéen. Toutes ces cités grecques donnent deux éléments fondamentaux à la constitution d’une institution sportive, une unité de langage et de culture qui permet la communication d’une part, des adversaires égaux en droit d’autre part. Elles vont tout simplement jouer le rôle de nos clubs d’aujourd’hui.

Il n’y aura qu’une seule épreuve pendant un demi-siècle, mais très vite des problèmes se posent. Il faut ajouter un deuxième officiel aux 5èmes Jeux, en ~ 760. Aux 6èmes Jeux (déjà), se pose la question de l’argent : en ~ 756, les organisateurs vont consulter l’oracle de Delphes pour savoir ce qu’il convient de donner aux athlètes en récompense. La brave Pythie leur répond : " une simple couronne ". Si les organisateurs voient leurs intérêts financiers ainsi préservés, les athlètes ne resteront pas pour autant amateurs, ils seront pris en charge par leur cité (et, par exemple à Athènes, Solon limitera leurs prix, leurs rentes, au début du ~ VIème siècle), ils deviendront véritablement professionnels.

Le tournoi a du succès, le sanctuaire devient un centre économique, le pèlerin fait place au touriste. Enjeu économique et prestige politique ont pour conséquence une première lutte entre les organisateurs Eléens et les Pisates dès les 8èmes Jeux, en ~ 748. Les Pisates envahissent à nouveau le territoire d’Olympie en ~ 644 pour tenir les Jeux à la place des Eléens, lesquels envahiront à leur tour Pise en ~ 572 qu’ils détruiront, à titre préventif, pour pouvoir tenir les Jeux en toute tranquillité ! D’autres incidents se produiront encore, mais ces Jeux servent réellement l’unité hellénique et des codifications plus tardives viendront concrétiser la notion de trêve.

Le succès des Jeux incite les organisateurs à ajouter d’autres épreuves : le double stade aux 14èmes Jeux (~ 724), la longue course aux 15èmes Jeux (~ 720), la lutte et le pentathle aux 18èmes Jeux (~ 688), le pugilat (ancêtre de la boxe) aux 23èmes Jeux (~ 688), la course de chars aux 25èmes Jeux (~ 680), la course de chevaux et le pancrace aux 33èmes Jeux (~ 648).

Les vainqueurs viennent de Méssénie, de Sparte (Lacédémone), de Corinthe, de Mégare, d’Athènes, de Crotone, ... Le plus célèbre d’entre eux au cours de cette période est Chionis de Lacédémone, vainqueur une première fois aux 28èmes Jeux Olympiques (~ 668), et qui, sur douze années, remportera à quatre reprises la course du stade et trois fois celle du double stade. Un autre vainqueur est resté célèbre pour une autre raison, Orsippos de Mégare court le stade tout nu, en ~ 720, tandis que les autres coureurs en restaient aux usages anciens, portant la ceinture. Sa nudité n’a pas la signification que lui apportera la période classique, il s’agit ici tout simplement d’une disposition pratique.

Dans cette période archaïque, un deuxième moment voit l’apparition des catégories d’âges avec des épreuves pour enfants : lutte et course aux 37èmes J.O. (~ 632), pentathle (une seule fois) aux 38èmes J.O. (~ 626), la boxe aux 41èmes J.O. (~ 616) et même le pancrace (qui ne sera au programme que cinq fois). Le succès des Jeux Olympiques entraîne la restauration des autres grands jeux grecs : les Jeux Isthmiques, à Corinthe, en ~ 582 ; les Jeux Pythiques, à Delphes (où on ajoute des épreuves sportives aux épreuves musicales existantes), en ~ 591 ; les Jeux Néméens, en Argolide, en ~ 573. Les femmes ne sont pas oubliées puisqu’à la même période sont relancés les Jeux Héréens, en l’honneur de la déesse Héra, à Olympie ; les seize femmes qui président ces Jeux sont des femmes mariées, les concurrentes sont des jeunes filles, à la tenue vestimentaire réglementée, réparties en trois catégories d’âge, qui courent sur une distance réduite d’un sixième par rapport à celle des hommes.

C’est également à cette période que Tarquin l’Ancien, le cinquième roi de Rome fait construire le premier cirque, qui reçut plus tard le nom de Grand, et institua lui aussi des jeux au début du ~ VIème siècle (Cf. Tite Live). C’est l’époque des législateurs (avec notamment les réformes de Solon en ~ 594) et des tyrans. On réglemente aussi le sport en fonction des besoins et on commence aussi à s’interroger sur sa finalité. En ~ 564, aux 54èmes Jeux, Arrachion de Phigalie, déjà vainqueur au pancrace aux 52èmes et aux 53èmes J.O., meurt étouffé mais gagne puisqu’il expire au moment même où son adversaire se déclare vaincu. La règle stipulera désormais que la mort d’un combattant est disqualifiante. (En ~ 492, Cléomède, à la boxe, tuera son adversaire, sera ainsi disqualifié et en deviendra fou). Praximas d’Egine est vainqueur au pugilat aux 59èmes J.O. (~ 544), il sera le premier à consacrer à Olympie une statue de bois à son effigie.

Le plus célèbre lutteur est sans nul doute Milon de Crotone qui obtint sa première victoire dans la lutte des adolescents aux 50èmes Jeux (~ 540). De ~ 532 à ~ 516, il remportera encore cinq titres olympiques, plus six victoires pythiques, dix isthmiques et neuf néméennes. En ~ 512, âgé de 45 ans, il essaiera encore de concourir aux 67èmes J.O. mais il abandonnera. Sa mort légendaire veut qu’essayant de fendre un arbre pour tester sa force, il ne put y réussir et se retrouva immobilisé, les mains enserrées dans la fente, ce qui le livra aux animaux sauvages.

Le troisième développement de la période archaïque introduit la période classique. A la fin du ~ VIème siècle, la musique grecque est à son apogée et toute une partie du lyrisme (Bacchylide, Pindare, Simonide) est inspirée et financée par le sport. La poésie célèbre le sport pour lui-même et le rattache à l’imaginaire. Dans le même temps, naît et se développe la philosophie. Avec les philosophes se pose la question d’un sport utile (Cf. Lucien) et des épreuves à caractère militaire sont insérées dans le programme des Jeux : introduction de la course en armes aux 65èmes J.O. (~ 520).

Haut de page 

La période classique

Les guerres médiques marquent la fin de la période archaïque et le début de la période classique. En ~ 490, Marathon sera une bataille mais ne sera jamais une épreuve olympique antique.

La période classique est celle d’une civilisation grecque brillante, particulièrement féconde sur le plan culturel et artistique. Platon et Xénophon feront du sport une valeur subordonnée (entretien du corps, excellence de l’âme, apprentissage de la guerre, célébration des fêtes), s’opposant ainsi aux poètes pour qui le sport est sa propre valeur. Les artistes vont illustrer la beauté du corps, la beauté du geste (le Discobole de Myron est réalisé en ~ 455).

La nudité de certains athlètes telle que nous la connaissons par l’iconographie prend une signification esthétique. En ~ 476, aux 76èmes J.O., (qui se dérouleront pour la dernière fois sur une seule journée), Euthymos de Locres reconquiert son titre à la boxe, mais une autre victoire illustre le prestige aristocratique des Jeux. Il s’agit de celle de Hiéron, le Tyran de Syracuse, qui gagne la course de chevaux (sans pour autant monter lui-même). Cette victoire est célébrée par le poète lyrique Pindare qui s’ingénie d’autant mieux à glorifier le héros qu’il est rétribué pour cela. Cela illustre toutefois bien la présence du sacré et le prestige politique est ainsi conforté par un prestige mythique. L’Athénien Alcibiade fera de même cinquante ans plus tard, en faisant exécuter deux tableaux allégoriques.

La quête du prestige olympique entraînera quelques écarts de conduite. Aux 99èmes Jeux, le Crétois Sodatès se fait proclamer Ephésien, les primes d’Ephèse étaient peut-être plus alléchantes. En ~ 332, aux 112èmes Jeux, Calippos achète ses adversaires du pentathle et les Athéniens refusent de payer l’amende qu’on lui inflige. Ils boycottent les Jeux Olympiques, mais pas longtemps car la Pythie leur refuse tout service tant qu’ils n’ont pas payé l’amende. A partir de ~ 388, aux 98èmes Jeux, des statues sont érigées avec les amendes infligées aux athlètes.

Le sport ne perd pas ses droits et engendre toujours des exploits légendaires. Diagoras de Rhodes fut le plus célèbre pugiliste. Vainqueur aux 79èmes J.O. (~ 464) et dans d’autres jeux grecs, il fut le père de toute une dynastie olympique : 3 de ses fils et 2 de ses petits-fils furent champions olympiques. Sa légende veut qu’il mourut au cours des 83èmes J.O. (~ 448) après avoir été porté en triomphe par deux de ses fils, vainqueurs au cours de ces Jeux, l’un au pugilat, l’autre au pancrace. Sa fille, Kallipateira, est également restée célèbre en bravant l’interdiction faite aux femmes d’assister aux compétitions gymniques. Elle ne put résister au désir de suivre son fils, pugiliste comme son grand’père, aux 94èmes J.O. en se déguisant en homme et se faisant passer pour son entraîneur. Sa joie à la victoire de Peisirhodos lui fit oublier toute prudence et la supercherie fut découverte. Elle échappa cependant à la peine capitale prévue dans un tel cas (mais qui ne fut en fait jamais appliquée) eu égard au prestige sportif exceptionnel de sa famille.

Dans cette période, le nombre des officiels a fluctué : neuf aux 95èmes Jeux, dix aux 97èmes Jeux, douze aux 103èmes Jeux, huit aux 104èmes Jeux (à partir de ~ 372, aux 102èmes Jeux, les juges ne sont plus autorisés à être concurrents). Si ce nombre tient compte de celui des tribus éléennes, on peut penser qu’il se justifie aussi par la dimension prise par les Jeux.

Les Jeux Olympiques sont à leur apogée, leur organisation s’est perfectionnée et elle se répartit sur cinq (voire sept) jours. Ils sont le rendez-vous des élites, tant sportives qu’intellectuelles ou culturelles. Les grands philosophes viennent y dispenser leur enseignement, largement inspiré par le sport. On admire à Olympie les sculptures de Phidias. Se rencontrer à l’occasion de compétitions sportives fait oublier les querelles de cité à cité et le prestige des Jeux sera tel qu’une trêve peut être proclamée et effectivement observée pendant la célébration des Jeux Olympiques.

Haut de page 

La période hellénistique

La période hellénistique, celle de l’empire d’Alexandre, montre l’importance des Jeux dans la vie sociale et politique (Cf. Polybe). Les Jeux Olympiques, lieu de rassemblement, constituent un moyen de rencontre, un moyen de communication important. Ils vont devenir un lieu d’annonces officielles. C’est ainsi par exemple que l’amnistie des proscrits sera proclamée par l’ambassadeur d’Alexandrie aux 114èmes Jeux (~ 324), Flaminius fait proclamer la liberté de la Grèce (par rapport à la Macédoine !) aux 146èmes Jeux (~ 196).

Cela n’empêche pas Belistikhé, une Macédonienne, de gagner la course de chars tirés par des poulains. Des Romains viennent participer également aux jeux grecs et ils y seront chez eux à partir de ~ 146.

Haut de page 

La période romaine

La République romaine avait été clairvoyante en essayant de limiter la célébration de jeux que voulait donner tel ou tel puissant ou ambitieux pour se donner du prestige. Avec l’arrivée de l’Empire, puis sous l’Empire lui-même, les jeux romains vont prendre une dimension différente.

Après le " Veni, vidi, vici ", César fait célébrer des jeux qui sont plus un spectacle de divertissement offert au peuple qu’une compétition sportive (Cf. Suétone). Auguste, pour célébrer Actium, construit un stade et un théâtre à Nicopolis, en ~ 31. Puis on célèbre à partir de ~ 28 (mais ces jeux ne survivront pas à Auguste) des Jeux Actiens, courses de chars et de bateaux.

Certains promoteurs ne sont pas très scrupuleux et les ouvrages qu’ils construisent pour tenir des jeux s’effondrent en provoquant d’effroyables tragédies (Cf. Tacite). Titus inaugure le Colisée en 80 (après J.-C.) : 50.000 personnes, 100 jours de fête !

En 60 on organise à Rome des jeux à la manière de la Grèce, cette innovation est contestée car certains y voient une décadence (Cf. Tacite). C’est bien d’une décadence qu’il s’agit : la politisation du sport (ou sa récupération à des fins personnelles) amène les jeux du cirque qui n’ont plus rien de sportif et qui ne visent qu’à la dépolitisation des masses : " panem et circenses ".

Les grands jeux grecs n’échappent pas à cette décadence (Cf. Suétone). L’illustration la plus célèbre nous est donnée par Néron. Après Tibère (vainqueur olympique dans la course de chars des 199èmes J.O. en 17), Néron vient en Grèce en 67 aux Jeux Isthmiques (où il fait proclamer la liberté de la Grèce) et aux Jeux Olympiques (où il introduit un concours de musique et de poésie). Il fait déplacer les dates des Jeux en raison de sa venue et il concourt en personne. Bien entendu, il gagne ... même s’il faut pour cela le remettre sur son char d’où il était pitoyablement tombé.

Tout "auréolé" de sa victoire olympique, il concevra le dessein de combattre un lion à mains nues, on arrive heureusement à l’en dissuader, il est vrai
qu’il est bien difficile de convaincre un lion de se laisser battre.

Haut de page 

La fin des Jeux Antiques

En 393 de notre ère, se tiennent les 293èmes et derniers J.O. En 394, l’empereur chrétien Théodose abolit les fêtes païennes, dont les jeux grecs. Les Jeux Olympiques antiques sont morts de leur paganisme. Ce n’est cependant pas parce qu’ils n’étaient pas d’origine chrétienne qu’ils ont disparus.

Leur disparition relève plus sûrement du fait que cette pratique sportive venue des origines profondes de notre propre tribalité avait été détournée de son autonomie culturelle. Le sport a disparu alors parce qu’il n’était plus sport

Haut de page 



Rapports officiels des Jeux Olympiques, Charte olympique, rapports marketing du CIO, Revues olympiques...

Retrouvez les publications officielles du CIO.

 

 

Accéder au contenu du site | Accéder aux principales rubriques du site | Accéder à la recherche | Accéder au début de la page