Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

 

Partenaires officiels

bpce partenaire officiel

 


Aviron : des Bleus ambitieux aux antipodes

 


J-B Macquet, D.Mortelette, G.Chardin, J.Desprès

C’est aux antipodes que l’équipe de France d’aviron a emporté son matériel, pour disputer, du 30 octobre au 7 novembre, les championnats du monde d’aviron 2010 sur le lac de Karapiro, au centre de l’Ile du Nord Néo-Zélandaise. Des Mondiaux atypiques, car disputés très tard dans la saison, et où la représentation internationale sera plus faible que d’habitude en ce qui concerne les effectifs, ce qui ne veut pas dire moins compétitive. Dans ce contexte relevé, plusieurs embarcations françaises sont prêtes à tirer leur épingle du jeu. Tour d’horizon avec Pascal Berrest, DTN de l’aviron.

« Nous alignons à Karapiro une très belle équipe. J’espère qu’elle obtiendra de beaux résultats » dit Pascal Berrest. « Ces championnats du monde sont spéciaux, tout d’abord parce qu’ils ont lieu en novembre, au lieu d’août. Ils représentent de surcroit un véritable défi logistique pour nos équipes. Compte tenu du fait qu’ils entrent pratiquement dans la saison 2011, qui sera décisive pour l’obtention des quotas olympiques, la plupart des pays viennent en Nouvelle-Zélande avec moins de bateaux que d’habitude, mais ils emmènent les meilleurs. Cela signifie que ce sera du très haut niveau dès les courses de qualification. Mais nous nous sommes préparés ». Ainsi, la France ne sera représentée que par 25 rameurs titulaires à Karapiro, contre pas loin du double dans un Mondial estival et plus proche de nos contrées.

Pascal Berrest présente l’équipe de France


Bahain et Berrest

« En deux de couple, Julien Bahain et Cédric Berrest ont tout gagné cet été, la régate Royale d’Henley, la Coupe du Monde de Lucerne et lors des championnats d’Europe à Montemor-O-Velho au Portugal en septembre. Ils ont de grosses ambitions, parfaitement légitimes. Nous ne savons pas comment les autres concurrents se sont préparés, mais de notre côté, lors du stage terminal dans les Landes, à Soustons, ils ont réalisé ce qui constitue sans doute un de leur meilleur parcours de l’année sur les 2000m sur le plan chronométrique».

« Nous partons également avec un très bon équipage en deux de couples poids légers, autre catégorie olympique, avec Jérémie Azou et Rémi Di Gerolamo. Ils sont revenus récemment à leur meilleur niveau, ont été médaillés de bronze aux "Europe", et nous apparaissent très affutés pour ces Mondiaux. »

« Pour les quatre sans barreur toute catégorie (olympique) et léger (non-olympique), le stage de Soustons nous les a montrés en pleine forme, particulièrement compétitifs. Mais ces embarcations n’ont pas toujours été très stables dans leur performances cette saison au niveau des résultats. S’ ils sont dans un bon jour lors de la compétition en Nouvelle-Zélande, ils pourront inquiéter tous les autres concurrents.»


Bette et Tillet

« Quant à Jean-Christophe Bette et Fabien Tillet, leur désir de prendre un peu de recul après les Jeux de Pékin, et de ne pas participer aux stages hivernaux a fait que cette saison, au lieu de participer au collectif du quatre poids léger, ils rament dans le deux en pointe qui n’est pas olympique. Mais ils sont en pleine forme et courront pour le titre mondial. Je sais aussi que l’an prochain, ils reviendront dans la préparation collective pour monter dans le quatre olympique que nous espérons qualifier pour Londres ».

Enfin, pour ce qui concerne la compétition paralympique, Pascal Berrest fonde de grands espoirs dans le skiff "bras seul" de Nathalie Benoit, « qui va très vite ». Il y aura aussi sur l’eau un skiff masculin "bras seul" et un double mixte "bras et corps" «rapide aussi, mais nous manquons de repères par rapport à la concurrence ».

En pensant à Bled 2011

Dans la ligne de mire des équipes de France, la priorité des priorités est de monter en puissance vers les Championnats du monde 2011 à Bled (Slovénie) où les tickets olympiques seront distribués. « 100% de notre temps est consacré à notre préparation des Jeux Olympiques » dit Pascal Berrest.

Ainsi, tandis que se dérouleront ces Mondiaux aux Antipodes, un « huit » hommes, un « huit » femmes et un quatre de couple hommes seront en stage à Temple sur Lot. « Nous mettons les huit en chantier, nous n’emmenons pas de quatre de couple en Nouvelle-Zélande. Nous préférons les laisser travailler en France».


Pascal Berrest

Et pendant ce temps à Karapiro, où les équipes de France sont déjà à pied d’œuvre, les conditions sont « nantaises » explique le nantais Pascal Berrest. « Cela veut dire qu’il peut faire beau… plusieurs fois par jour. Et que l’on peut également affronter des conditions de vent, de clapot, de giboulées. Avec une température de 7/8° le matin, et de 15/16° en journée. C’est le printemps là bas.»

Le DTN ne veut pas se livrer au jeu des pronostics pour ces championnats du monde 2010. « Mon travail, c’est de mettre tout le monde dans des conditions optimum. C’est que nos rameurs soient bien préparés. Avec Bled 2011 comme objectif central, cette fin de saison est compliquée, mais elle est en même temps enthousiasmante, avec des jeunes rameurs qui poussent à la porte des équipes ».