Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

Ancien site, retrouvez le nouveau : cnosf.franceolympique.com


 

Une matinée ensoleillée au Bishan Stadium

 

Ce jeudi 19 août, le stade Bishan d'athlétisme accueillait de nombreuses épreuves de qualifications dans lesquelles des athlètes français concourraient. Suivez cette matinée ensoleillée minutes par minutes (ou presque), avec les commentaires des athlètes et des entraîneurs français, mais aussi de Guy Drut, membre du CIO et champion olympique, présent dans les tribunes à cette occasion.

9h30 : après avoir fait le tour du stade pour trouver la bonne entrée, franchi les portiques de sécurité en compagnie d’athlètes français engagés en milieu de matinée, et fait trois détours forcés pour accéder à la zone média, voici les bonnes tribunes. S’y trouvent déjà Léa Palermo et Lucas Claerbout (badminton), dont les compétitions sont finies et qui sont venus soutenir leurs compatriotes. A leurs côtés, Ken Romain, le coureur de 100m qui, victime d’une élongation, n’a pu s’aligner la veille aux qualifications.

Ils nous expliquent que Sokhna Gallé est pour l’instant seconde du concours du triple saut avec 12,92m réalisés à la seconde tentative contre 12,54m au 1er essai. La première, avec 13,21m, est la Suédoise Sadnia, en tête du bilan mondial. En parallèle, sous un soleil en pleine forme, le concours du marteau masculin est en cours, mené par l’Egyptien Ibrahim (73,42m).

9h35 : Olivier Belloc, l’entraineur, nous rejoint dans les tribunes. Au même moment, Sokhna se lance pour un troisième essai, qu’elle interrompt après deux bonds. « Elle aurait du m’écouter et arrêter son concours. Avec 12,92m, elle est sûre de passer en finale, mais les jeunes ils adorent la compet. Ils ne savent pas s’arrêter », commente-t-il.

9h45 : Guy Drut s’arrête à notre niveau avant de monter en tribune officiel. Il vient de la zone du triple saut et a traversé le stade pour se placer au niveau de la ligne d’arrivée des courses. « Elle a voulu attraper la perf. Elle cherchait les 14m ! » lance-t-il, ironique, à Olivier. « Je lui ai dit : « laisse venir la perf, laisse venir la perf., elle arrivera toute seule ». Le membre du CIO, champion olympique du 110m haies en 1976 demande ensuite « il n’y a pas de Français à la perche masculine ? ». Cette absence le surprend compte-tenu du niveau actuel français et de la tradition tricolore dans la discipline. « ils n'ont pas encore fait de petits ? » conclut-t-il sur un sourire.

9h50 : début des séries du 400m haies.

9h55 : Aurélie dans les starts pour sa série du 400m haies. Couloir 6. Départ fulgurant. Dans la ligne opposée, Aurélie a déjà rattrapé la 7 et la 8. Reprise dans le deuxième virage, elle sort troisième, sur la même ligne que Droetch (DAN) et Cumberbatch (TRI). Aurélie fait cependant l’effort, s’arrache véritablement et passe première sur la ligne. Elle bat son record personnel d’1’04, en 59’26 (contre 59’35 pour la Danoise et 59’90 pour la Trinidadienne), mais aussi le record de France cadettes (59'64) : « Je suis partie vite. Mon point faible d’habitude, c’est le virage et j’ai ré-accéléré cette fois. Sur la fin, il y a avait une concurrente, ça m’a tiré. Je savais que je pouvais le battre, mais pas autant. En fait, je fais visais le record de France cadette, Là, je le prends et bien. » Aurélie est première des séries. « Elle veut manger sa part la petite là ! » commente de suite Guy Drut, enchanté, immédiatement redescendu auprès du coach. « Elle n’a pas fait le quatrième essai au triple saut ? » s’enquiert-t'il ensuite. Olivier dit que non, qu’étant un peu gênée au niveau du talon et déjà qualifiée, elle avait finalement arrêté.

10h00 : La discussion continue avec Guy Drut, arrivé depuis 5 jours. « Je fais pas mal la promotion informelle de la candidature d’Annecy lors de mes rencontres ici», déclare-t-il. Les gens du CIO sont réceptifs ? « Ca dépend, mais globalement oui. Après, ils ont beau être réceptifs aujourd’hui, ça ne veut rien dire et ils peuvent dire la même chose aux autres. C’est comme une élection, on peut annoncer ce que l’on veut, tout se joue le jour du vote. »

10h05 : début des séries du 400m haies masculin. Guy et Olivier se remémorent les performances des parents d’Alexia Sedykh dont le concours du lancer de marteau ne va pas tarder à débuter. Evoquant en particulier son père et entraîneur, Yuriy, ils se souviennent de sa vitesse de mouvement « Il jouait beaucoup là-dessus. C’était un lanceur fin ». C’est quoi le record d’Alexia demande Léa ? « 60,00m ». répond Olivier. « En fait, elle a fait 62m à une compétition, mais cela n’a pas été homologué, on n’est pas bien sûrs que la mesure a été prise au bon endroit. Là, elle détient la troisième perf. de ces JOJ ».

10h11 : Alexia et les autres lanceuses de marteau rentrent sur la piste.

10h15 : Olivier tance Sokhna sur la Suédoise qui passe première, comme en mai lors des qualifications pour ces JOJ. « C’est la dernière fois qu’elle me bat… En tout cas, elle ne gagnera pas lundi. ». Plus tard, elle rajoutera « Je n’aime pas les jours où je ne gagne pas ». Son talon : pas de problème, ça a été. Concernant l'interruption de son troisième essai, son explication surprend : J'allais aller trop loin, j'ai préféré interrompre, je ne suis pas encore prête pour gérer ces distances ».

10h27 : le speaker en français, Jérôme Leconte. « Je passe faire un petit passage aux Français avant de reprendre ! ». Puis, à Sokhna, « J’ai bien demandé au speaker anglais de prononcer "Sorna" et pas "Sokna" ! ». Sympa.

10h30 : Jet d’échauffement au marteau. Mais le marteau ne part pas : « Elle n’a pas voulu lancer », explique Olivier. « Elle voulait juste tourner un peu, trouver ses repères ».

10h35 : petite choré. franco-britannique dans les tribunes sur I’m a single ladie de Beyoncé.

10h38 : départ du 1000m. En un peu moins de 3 minutes les concurrentes arrivent. Une éthiopienne domine la course en 2’46. « Elle a couru pieds-nus la Sud-africaine ! » s’écrie Sokhna.

10h44 : début du concours d’Alexia. Ses principales concurrentes sont la Chinoise Xia et l’Américaine Hashe

10h50 : première série du 200m. Guy Anouman est dans la chambre d’appel pour la suivante.

10h55 : Guy s’échauffe.

11h02 : premier lancer d’Alexia. La chinoise a mordu son premier essai, l’Américaine a réalisé 57,33m. Soudain, Alexia interrompt son élan et semble appeler le médecin. Une astuce pour pouvoir assister à la course de Guy, parti au moment même où elle lançait son mouvement ? En 21’95, Guy finit troisième de sa série. « Il est resté en dedans. Il a une petite lésion musculaire et ça l’inquiète pas mal » explique Olivier qui a été rejoint par Anne-Marie Vansteene, l’autre entraîneur, et Yves Lelièvre, le kiné.

11h04 : après une nouvelle hésitation, Alexia lance, et de quelle manière : 58,02m ! Alexia prend la tête du concours !

11h11 : Guy Anouman nous rejoint. « Ca va Guy ? ». La réponse est laconique et inquiétante : « Non ». Il a mal et s'agace de devoir subir cette blessure à ce moment là, en plein dans les JOJ.

11h14 : Guy Drut revient. Yuriy Sedykh et lui ne comprennent pas ce qui s’est passé avec Alexia, ni même si elle a pu lancer. Olivier rassure sur le lancer et sa longueur, mais ne comprend pas non plus ce qu’il s’est passé. [plus tard l’explication sera donnée par Alexia : en rentrant sur l’aire de lancer, Alexia a fait signe aux juges pour faire comprendre que la zone était trop humide. Il avait légèrement plu et l’aire de lancer était glissante. Les juges ne comprenant pas, Alexia a donc été amenée à lancer et sur son élan a commencé à perdre l’équilibre. Elle a donc préféré perdre son essai plutôt que de le poursuivre en prenant le risque de connaître une grosse chute. Les juges ayant enfin compris, ils ont fait sécher la zone et lui ont accordé un nouvel essai. Commentaire d’Olivier Belloc : « Elle a bénéficié de la clémence des officiels. Elle a eu de la chance, j’avoue que c’est assez rare, assez exceptionnel comme situation. Je n'ai jamais vu ça. ». Guy en profite pour féliciter Aurélie pour sa course.

11h23 : Alexia fait 58,90m à son 2ème essai. Elle occupe la deuxième place des qualifications. [une place qu’elle conservera, mais avec un lancer à 59,02m, réalisé au 4ème essai].

11h25 : Guy Drut s’installe pour quelques minutes en bas des tribunes, au milieu des jeunes athlètes descendus assister au plus près à la dernière course de la matinée, le 200m de Coralie Leturgez.

11h30 : Coralie a terminé 5ème de sa série en 25’22. « Elle est trop stressée » commente Aurélie. « Dès que l’Italienne l’a rattrapée, elle s’est bloquée ».

11h35 : Coralie fait son apparition au moment de notre départ. Abattue, elle écoute Marie-France lui faire un retour sur sa course. Coralie se plaint de ne pas se sentir bien, sans doute du fait de la chaleur. « Je ne sens pas mes jambes » seront les dernières paroles à portée d’oreille.
Il est temps de partir. Malgré les déceptions de Guy et Coralie, ce fut une belle matinée au Shangui Stadium. Les perspectives sont intéressantes pour la suite. Reprise samedi.





 

 

Accéder au contenu du site | Accéder aux principales rubriques du site | Accéder à la recherche | Accéder au début de la page