Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

Ancien site, retrouvez le nouveau : cnosf.franceolympique.com


 

Equitation

 

Histoire de la discipline


Les courses de chars et l'équitation existaient déjà aux Jeux de la Grèce antique, mais les sports équestres, tels que nous les connaissons actuellement, ne sont apparus qu'aux Jeux Olympiques de 1912. Ils comprennent trois disciplines (sauts, dressage et concours complet) avec des épreuves individuelles et par équipe.

Les sports équestres ont figuré au programme olympique en 1900, des épreuves de saut ont en effet eu lieu à Paris, puis ils ont été suspendus jusqu'en 1912, à Stockholm. Depuis lors, ce sport a toujours fait partie du programme olympique, avec une régularité remarquable. En 1900, un saut en longueur et un saut en hauteur ont été disputés pour la seule et unique fois et en 1920, le grand saut a fait une apparition au programme olympique. Sinon, le programme a très peu changé.

Avant 1952, seuls les hommes participaient aux épreuves équestres des Jeux Olympiques. En effet, les cavaliers devaient être des athlètes militaires, et plus précisément des officiers. A compter de 1952, ces restrictions ont été levées, et hommes et femmes s'affrontent lors des épreuves. Cas très particulier, lors des Jeux de Melbourne en 1956, les épreuves équestres se déroulèrent... à Stockholm,

Il s'agit du seul sport olympique où humains et animaux peuvent former une équipe et l'un des rares totalement mixte, où hommes et femmes s'affrontent donc à armes égales.


Les sports équestres constituent le nec plus ultra en matière de sports d'équipe. Il s'agit, en effet, d'un cheval et d’un cavalier qui travaillent ensemble pendant des années pour parvenir à une harmonie parfaite en termes de grâce, agilité, rapidité et prise de risques.

En savoir plus sur le site de la Fédération Française d'Équitation

Haut de page 

Epreuves

Saut d'obstacles


Les épreuves modernes de saut s'inspirent de la chasse au renard, lorsque de fervents adeptes de ce loisir en Grande-Bretagne et en Amérique ont cherché à tester les talents de leurs chevaux de façon plus systématique. Les premières compétitions de sauts pour les chevaux se sont déroulées au XIXe siècle en Irlande, à l'initiative de la Royal Dublin Society. Les techniques modernes de saut ont été développées par l'Italien Federico Caprilli, considéré comme le «père de l'équitation moderne»

Parce qu'il est plein de suspense et facile à suivre, le saut est sans doute la discipline la plus populaire. Il vient d'Irlande et dérive de la chasse au renard. Le cheval et le cavalier doivent effectuer un parcours comprenant une quinzaine d'obstacles, parmi lesquels des barres triples, des oxers, des fossés et des murs. Les pénalités interviennent lorsque les sauts ne sont pas exécutés dans le bon ordre, lorsqu'un cheval refuse de sauter ou renverse une des barres, ou bien lorsque les limites de temps imparti sont dépassées.

Dressage

La formation des chevaux pour la compétition existe depuis des siècles. Le dressage s'est d'abord développé pour la formation des chevaux pour la guerre afin de leur enseigner des mouvements précis. Il existe des preuves selon lesquelles les Grecs anciens avaient mis au point certaines manœuvres. Le dressage moderne a débuté à la Renaissance, lorsque Federico Grisone, issu de la noblesse napolitaine, a fondé une académie d'équitation à Naples en 1532. La France a rapidement excellé au dressage et l'a adopté avec beaucoup d'enthousiasme. Au XXe siècle, l'Allemagne l'a remplacée en termes de classement dans cette discipline.

Souvent présenté comme un véritable ballet de chevaux, le dressage n'a guère changé depuis la Renaissance. Il a été mis au point par les soldats de cavalerie européens pour les champs de bataille et les terrains de manœuvres. Le cheval doit exécuter des mouvements précis, en réponse à des signaux discrets communiqués par son cavalier. L'épreuve comprend trois manches. Dans les deux premières, le cheval et le cavalier effectuent un enchaînement de figures imposées, tels que des passages, des pirouettes et des piaffers, au pas, au trot et au galop. Dans la troisième manche, dite reprise libre, les chevaux exécutent des chorégraphies individuelles sur un accompagnement musical.
Les notes sont attribuées par des juges qui évaluent la bonne exécution des mouvements par le cheval. Lors des Jeux Olympiques, quatre jours sont consacrés au dressage.

Concours complet

Le concours complet, souvent appelé " le complet "» par les adeptes, a débuté comme une reprise des chevaux de cavalerie. Les chevaux militaires devaient parcourir de longues distances, négocier de nombreux obstacles naturels puis effectuer de strictes manœuvres de parade. Les premières compétitions de cette discipline ont eu lieu en Europe en 1902, et l'intérêt pour ce sport est essentiellement concentré en Europe, en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle Zélande.
Aux Jeux Olympiques, le concours complet, disputé en idividuel et par équipes, reprend le parcours de saut d'obstacles qui consiste à franchir une série d'obstacles sans les toucher et le dressage, dans lequel le cavalier guide le cheval pour effectuer certaines manœuvres complexes de marcher. A ces deux disciplines s'ajoute une troisième compétition de parcours de fond ou "cross country". Le score est calculé en fonction d'une série de tableaux évaluant la performance de chaque jour.

Haut de page 

Médaillés d’or français aux Jeux

Saut d'obstacles

Dressage

Concours complet

Haut de page 

Les médailles aux JO

Saut d'obstacles

Dressage

Concours complet

Haut de page 



Retrouvez les sites officiels des Jeux à venir...




Jeux Olympiques de la XXXIe Olympiade
Rio de Janeiro (Brésil)
5-21 août 2016