Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

Ancien site, retrouvez le nouveau : cnosf.franceolympique.com


 

Escrime

 

Histoire de la discipline

A l'origine sport de combat, l'escrime était pratiqué bien avant la naissance du Christ. Le temple de Madinet-Habu, près de Louxor, en Egypte, comporte des gravures en relief représentant des escrimeurs au combat remontant à environ 1190 avant JC. De nombreuses autres civilisations anciennes, telles que la Chine, le Japon, la Perse, Babylone et la Grèce ont pratiqué les jeux d'épée comme entraînement au combat.

Les débuts de l'escrime en tant que sport remontent au XIVe ou au XVe siècle, et l'Italie comme l'Allemagne en revendiquent toutes deux l'origine. Les maîtres d'escrime allemands ont organisé les premières guildes au XVe siècle, parmi lesquelles le Marxbruder de Francfort en 1480. En 1570, Henri Saint-Didier de France a donné un nom aux principaux mouvements d'escrime et l'essentiel de cette nomenclature est demeurée. Du XVIe au XVIIIe siècle, les combats à l'épée et les duels étaient fort répandus. Les participants à ces duels utilisaient divers armes, telles que des glaives, des bâtons et des sabres, et les combats pouvaient être sanglants, voire fatals.

Au XVIIe siècle, trois innovations ont popularisé ce sport. La première est le développement d'une arme d'entraînement légère au bout aplati, évasé et rembourré afin de réduire les risques de blessures. Cette arme a par la suite été appelée fleuret. La deuxième amélioration a été la mise en place d'un ensemble de règles qui limitaient la cible à certaines parties du corps. Enfin, la dernière innovation a été l'adoption du masque au grillage très serré afin de protéger le visage et de rendre l'escrime moins dangereuse.

L'escrime est l'un des rares sports à avoir admis des professionnels avant les années 1980. En fait, les règles olympiques d'origine, écrites par le Baron Pierre de Coubertin (deuxième Président du Comité International Olympique), établissaient spécifiquement que les escrimeurs professionnels, appelés maîtres, pouvaient participer aux compétitions. Des épreuves pour maîtres eurent donc lieu au fleuret en 1896 et en 1900. Les maîtres ont également concouru lors d'épreuves d'épée et de sabre aux Jeux Olympiques de 1900 et à ceux intercalés en 1906.

L'escrime a été sport olympique pour la première fois en 1896 et constitue l'un des rares sports à toujours avoir figuré au programme olympique. L'escrime féminine est apparue pour la première fois aux Jeux Olympiques de 1924.

Il y a quelques années, les tenues des escrimeurs étaient devenues si protectrices que les masques ont dû être modifiés pour que le sport retrouve un visage humain. Humanité qu'il n'avait jamais vraiment perdue, en réalité. Il suffit de se rappeler le différend né d'une erreur d'arbitrage, lors d'un match de fleuret par équipe, en 1924, opposant l'Italie à la Hongrie : à la fin de l'épreuve, deux des concurrents se sont réellement battus en duel.

Haut de page 

Epreuves

Les hommes s'affrontent en épreuves individuelles et par équipe avec trois types de lames : le fleuret, l'épée et le sabre. Les femmes s'opposent également lors d'épreuves individuelles et par équipe, au fleuret, à l'épée et au sabre. Les épreuves féminines d'épée figurent au programme olympique depuis les Jeux Olympiques d'Atlanta, en 1996, et celles de sabre depuis ceux de Sydney en 2000.

Le fleuret

Au fleuret, il faut toucher son adversaire avec la pointe de la lame: c'est une arme d'estoc. La zone valable exclut les membres et la tête, c'est à dire que pour qu'une touche soit valable et rapporte un point, elle doit être portée sur la zone du tronc. Les assauts au fleuret sont soumis à des règles de priorité. Pour simplifier, disons que pour qu'une touche valable rapporte un point, il faut que le tireur l'ayant porté ai la priorité.

Un tireur a la priorité s'il a lancé son attaque ou a effectué une parade avant de lancer sa riposte. C'est alors grâce à cette règle que l'on peut déterminer le tireur marquant un point en cas de touche simultanée. Il est évident que si aucun des tireurs n'a la priorité, aucun point n'est accordé. Afin de distinguer les touches valables des touches non valables, l'équipement du fleurettiste comporte une cuirasse conductrice qui couvre la zone valable.

L'épée

L'épée est aussi une arme d'estoc comme le fleuret. Mais, contrairement au fleuret, les assauts ne sont pas soumis à des règles de priorité: c'est le premier qui touche qui marque le point. Dans le cas des touches simultanées, les deux tireurs reçoivent un point. La zone valable est constituée de tout le corps.
Les assauts à l'épée se rapprochent extrêmement de ceux se déroulant il y a quelques siècles lors de duels.

Le sabre

Au sabre, on observe à peu près les mêmes règles de priorité qu'au fleuret. Toutefois, cette arme est différente des deux autres puisqu'il s'agit d'une arme de taille et d'estoc, c'est à dire que la totalité de la lame peut servir à porter une touche. La zone valable est le haut du corps (au dessus de la ceinture), elle est recouverte d'une cuirasse conductrice et le masque est lui aussi conducteur.

Les assauts ont lieu sur une piste de 14 x 1,50 mètres. Les tenues des escrimeurs sont reliées à un câble connecté à un dispositif électronique de signalisation des touches.

Chaque compétition est à élimination directe sous forme de tableau éliminatoire. Les équipes sont composées de trois concurrents et chacun d'eux rencontre les trois membres de l'équipe adverse.

Haut de page 

Epreuves au programme des Jeux

Suite à l'introduction du sabre dames au Jeux de Sydney 2000, et dans le but de maintenir un plateau et un nombre d'épreuves constants, un système de rotation a été mis en place pour les compétitions par équipes : les différentes armes entrent et sortent du programme tour à tour tous les quatre ans, dans la mesure où elles ne peuvent pas être au nombre de six (trois pour les hommes et trois pour les dames). Ainsi, à Pékin en 2008, les deux épreuves par équipes supprimées du programme sont le fleuret hommes et l'épée dames, alors que le sabre dames par équipes est admis pour la première fois.

• épée individuelle Hommes
• épée par équipes Hommes

• fleuret individuel Hommes

• sabre individuel Hommes
• sabre par équipes Hommes

• épée individuelle Femmes

• fleuret individuel Femmes
• fleuret par équipes Femmes

• sabre individuel Femmes
• sabre par équipes Femmes

Haut de page 

Médaillés d’or français aux Jeux

Haut de page 

Les médailles aux JO

Haut de page 



Retrouvez les sites officiels des Jeux à venir...




Jeux Olympiques de la XXXIe Olympiade
Rio de Janeiro (Brésil)
5-21 août 2016